Pseudonym – Interview du réalisateur Thierry Sebban

Interview réalisée le 2 mars 2016, par vidéoconférence.

Bonjour Thierry Sebban. Avant toutes choses, merci de nous accorder cette interview, dans le cadre de la sortie de votre film Pseudonym.

Les amateurs de séries télé vous connaissent surtout pour votre rôle dans la série Pigalle, la nuit, diffusée en 2009 sur Canal+. Pourriez-vous nous décrire un peu plus en détails votre parcours jusqu’à présent ?

Alors, ça fait environ vingt ans que j’ai débuté dans le métier. Ça commence à faire longtemps…

Je possède à la base une formation d’acteur. Une formation anglophone principalement, puisque je suis dans un premier temps parti à Londres au London Studio Center, pour ensuite rallier New-York afin d’y étudier la Méthode à l’annexe de l’Actors Studio, le Lee Strasberg1.

L’idée était de travailler avant tout sur la mémoire sensorielle, sachant que mon travail depuis, dont évidemment Pseudonym, est principalement axé sur le sensoriel.

Je suis resté là-bas un peu plus d’un an, avant de rentrer à Paris. À ce moment-là, j’ai tout de suite travaillé au Théâtre de l’Odéon dans une pièce avec Patrick Haggiag intitulée le Chant des Chants2, puis dans quelques pièces de théâtre classiques comme Dom Juan. J’ai également travaillé dans pas mal de créations, d’auteurs contemporains tels que Jan Fabre dans Le marchand de sel et la mouche par exemple.

J’ai par ailleurs travaillé sur quelques longs-métrages en cinéma, avec Alain Bévérini (Total Kheops), Yvan Gauthier (L.A., I Hate You), ou encore avec Pierre-Yves Touzot, avec lequel on a coécrit une comédie. Et enfin tout récemment avec un réalisateur algérien, Bachir Deraïs.

Pour la télévision aussi, dans des téléfilms, avec Luc Béraud (Tous les chagrins se ressemblent) et François Vautier (Le Petit Bleu). Et dans des séries télé, dont Pigalle, la nuit d’Hervé Hadmard bien sûr.

Parallèlement à ça, je me suis initié à la mise en scène, en faisant notamment de la co-mise en scène avec Philippe Naud sur une pièce de Georges Feydeau, Les Fiancés de Loches.

Et j’ai également réalisé quelques courts-métrages, ayant tourné dans pas mal de festivals, notamment le dernier, Soyons attentifs qui avait été co-produit par Kodak.

Ce qui vous a donc mené tout droit à la réalisation de votre premier long-métrage, Pseudonym. À ce titre, mettre en scène, réaliser, est-ce quelque chose auquel vous aspiriez depuis le début ?

C’est compliqué, parce qu’il faut se l’avouer qu’on a envie de le faire. Mais c’est une envie qui vient probablement de quand j’étais petit.

L’anecdote est assez banale, mais quand j’étais petit, lorsque j’avais environ sept-huit ans, mon père possédait un projecteur Super 8, et nous projetait des films de famille. Et quand ça arrivait, à la fin de ces films de famille, il nous projetait des courts-métrages de Charlie Chaplin. Et j’attendais ces moments-là avec une joie immense et une grande impatience.

Je pense que mon goût de la réalisation et de jouer en même temps vient de là.

Comment est né le projet Pseudonym ?

Ça s’est passé à la fois très très vite, car l’écriture, le tournage, tout ça s’est fait en à peu près six mois. Mais on a aussi mis presque quatre ans à l’avoir sur les écrans. C’est un film totalement indépendant, sans aides de télés, sans CNC, sans régions : ce sont juste les fonds propres des producteurs.

Est-ce que ce financement privé résulte avant tout d’une logique artistique afin de garder totalement le contrôle du film, ou cela est-il dû à l’impossibilité d’obtenir, justement, des aides d’État ?

Je dirais ni l’un ni l’autre, et l’un et l’autre. En fait avec Gilles Podesta, mon producteur via Diabolo Films, on a totalement assumé ce choix, parce qu’on ne voulait pas attendre un an, deux ans pour avoir des financements. Avec le film tel que j’avais envie de le faire, on s’est dit que l’on n’y arriverait sans doute pas.

Donc on s’est dit qu’on allait essayer de trouver la somme d’argent minimale nécessaire pour commencer le tournage dans un premier temps, et que l’on verrait par la suite pour la post-production.

Donc c’est ce que Gilles a fait, en trouvant finalement la somme minimale assez rapidement pour pouvoir tourner.

Avec cette somme cependant, on ne pouvait tourner que douze jours. À ce moment-là, c’était à moi de faire en sorte que le film rentre dans ce laps de temps et avec les moyens que l’on mettait à ma disposition.

D’un autre côté, ça m’a obligé à être hyper-créatif et hyper-réactif en permanence. J’ai été obligé de repenser mon film au quotidien, et parfois de le créer quasi en temps réel, afin de préserver l’essentiel à mon sens, à savoir raconter l’histoire que j’avais en tête et qui me ressemblait, en dépit de ces contraintes budgétaires.

En conséquence de ces contraintes, avez-vous laissé davantage place à l’improvisation, ou alors essayé de vous en tenir le plus possible à votre scénario initial ?

J’ai évidemment essayé de cadrer, puisque j’avais bien sûr mon découpage de départ. Mais après, arrive un moment où l’on se confronte à la réalité du plateau, et l’on s’aperçoit qu’en conséquence, il faut élaguer, condenser, et aller à l’essentiel. Sans perdre de vue l’histoire. Même si l’on finit par s’apercevoir que, par moments, on n’a tout simplement pas le temps.

Estimez-vous que votre film correspond au final à votre vision initiale ?

Mon film ressemble à ce que je ressentais, à ce que je voulais faire ressentir. Il ressemble totalement à ce que je voulais faire.

Mais je ne me suis pas non plus mis à rêver, en ayant des attentes extravagantes que mon budget ne me permettait de toutes façons pas. Je n’ai pas commencé à me dire « je veux une grue par ci, une grue par là, etc », parce que je connaissais l’économie. En revanche, l’idée, ça restait de me dire « ok, j’ai une histoire, avec ce budget-là : comment faire pour la raconter du mieux possible ? ».

Considérez-vous Pseudonym comme un film de genre ?

Je n’ai pas particulièrement voulu faire un thriller. En tous cas ce n’était pas la note d’intention initiale. J’ai voulu avant tout raconter une histoire. Il se trouve que l’on est obligé de le classer un petit peu, et que le résultat final se rapproche effectivement du thriller. Mais ce n’en est pas totalement un non plus.

J’ai eu la liberté de faire le film que j’avais envie de faire. On veut dire que c’est un thriller, on dit que c’est un thriller. Mais il n’y a pas tous les codes du thriller.

Mais j’avais cette liberté-là, et c’est cela que je trouve extraordinaire : j’ai pu faire le film que je ressentais de faire.

Au vu de la bande-annonce, on ne peut s’empêcher de penser à Hostel d’Eli Roth, ou encore à Martyrs de Pascal Laugier. Des influences que vous revendiquez ?

martyrs_original_by_driftas
Affiche de Martyrs, de Pascal Laugier

Je ne devrais peut-être pas le dire, mais je n’ai pas vu ces films. Je ne suis en fait pas aficionados de ce genre de films. Je peux évidemment en voir, ça m’arrive, mais ce n’est pas un genre de films que je privilégie forcément. Je regarde de tout, j’aime tout, je m’abreuve de tout. C’est vraiment l’histoire qui a fait que je suis allé plus dans une direction que dans une autre. Mais ça n’avait rien d’un choix conscient.

Peut-on alors considérer que vous avez plutôt choisi de partir de votre histoire (et de choisir votre angle d’attaque en conséquence), plus que de partir d’un genre et de construire une histoire par la suite ?

En fait, mon point de départ reste de partir de moi. De ce que j’éprouve. Par exemple, ma manière de travailler sur Pseudonym il faut le savoir, c’est que j’avais mon sujet, et que dès le départ, j’ai alors porté mon choix sur la musique électronique. Car cette musique électronique pour moi représente le monde moderne et son aliénation à la technologie. Et donc mon inspiration de départ, ce fut en quelque sorte la musique.

Je suis allé voir et écouter des Conrad Schnitzler, Borngräber & Strüver, Hecq, ou encore Arvo Pärt qui est un compositeur de musique contemporaine. Je les ai écoutés en boucle, et me suis laissé porté par ça. Parce que j’aime travailler comme ça, un peu à l’instinct. J’aime cette inspiration un peu inconsciente. Parce qu’en fait, toute l’année on est nourri de ce qu’on entend, de ce qu’on voit, de ce qu’on lit. Parce qu’on va au cinéma, on voit plein de choses. Je ne peux pas partir, et me dire « Tiens, ce film là, je veux faire ça ». Non, je pars d’une histoire, et après l’histoire me guide là où elle doit me guider.

Ce qui m’intéresse dans mon travail, c’est avant tout les sentiments, l’émotion, la psychologie des individus, les interactions qu’il y a entre eux. Et donc j’essaie de partir de ça.

Pseudonym se base principalement sur Internet et ses potentiels dangers. Pourquoi avoir porté votre choix sur cette thématique en particulier ?

Pseudonym_sebban

En tant que parent, ce qui m’intéressait, c’était de parler effectivement des dangers d’Internet, mais aussi de la violence perverse et dévastatrice d’un prédateur. Et cette violence n’est pas sans rappeler la violence de l’affaire Ilan Halimi, pour laquelle j’ai ressenti un dégoût total, et vraiment éprouvé une profonde colère.

Donc ça part de là. Ça part d’Internet, qui reste un formidable outil, de recherches, de communications. Prenez-nous là, on est juste à côté, on pourrait être voisins. Donc à la fois c’est génial, mais il y a un problème qui n’est pas résolu sur le Net, qui est celui de son contrôle pour notre sécurité.

Et donc à partir de là, je me suis dit « voilà, il n’y a aucune société, aucun individu qui peut prétendre contrôler le Net pour notre sécurité ». On a donc un champ totalement libre, et on laisse le champ libre dans cet univers sans lois, sans bornes, sans restrictions, sans rien, donc ça laisse le champ libre aux comportements de dingues, de gens pervers.

Je suis parti aussi d’un chiffre, qui a vraiment résonné dans ma tête. Dix-mille personnes par an disparaissent en France, sans jamais être retrouvées. Donc là je me suis dit que ce n’était effectivement pas dû à Internet, mais ça peut en devenir un des vecteurs, ou ça pourrait en devenir un.

Et donc c’est à partir de ce questionnement, et dans ce contexte, que j’ai voulu écrire Pseudonym. Sachant tout de même que je ne voulais pas faire un film didactique ou pédagogique, et que je voulais à tous prix faire en sorte que la violence qui est liée au Net soit générationnelle.

C’est pour ça que j’ai écrit cette histoire entre adultes, qui se rencontrent par le biais des réseaux sociaux couvrir, ou en tous cas essayer, de couvrir un plus large spectre.

Ne pensez-vous pas que Pseudonym peut participer à une représentation tronquée d’Internet, insistant sur une image de violence qui lui colle à la peau, une image finalement un peu caricaturale ?

Je ne dis pas qu’Internet est forcément violent. Je dis qu’Internet peut être dangereux. Et qu’avant de l’utiliser, il faut peut-être un peu avant penser sécurité, rien de plus. Ce n’est pas du tout un film militant. C’est une histoire, qui déborde un peu sur le réel. Il peut se passer des choses aussi extrêmes que ce qui est dépeint dans le film, c’est ce que j’essaie de représenter.

Prenez le réseau Tor. On le connaît. Enfin on le connaît… SI je demande à mes enfants, ils ne sauront pas ce que c’est. Avant de faire mes recherches et d’écrire mon scénario, j’étais loin de mesurer ce que c’était. Mais finalement, le « Dark Net », un trilliard de données dont on ne mesure même pas l’existence… L’idée c’est de dire « Internet, vous en connaissez la surface, mais attention, il y a des choses au fond ».

Moi ce qui m’intéresse, c’est que les gens soient interpellés en sortant de la salle. Que ce soit leur genre de film, qu’ils aiment ou qu’ils n’aiment pas. Et qu’ils se disent « ces choses existent ?! ». Parce qu’il ne faut pas se leurrer, l’affaire Halimi, on la met sur Internet, c’est la même !

Quand on voit ce qui a pu se passer dernièrement en région Rhône-Alpes3… Sur Pseudonym, j’ai voulu pousser le curseur un peu plus loin.

Le film a été interdit aux moins de seize ans, ce qui en France est une classification assez lourde et restrictive, et qui peut traduire par ailleurs une violence à l’écran assez conséquente. Or vous avez déclaré que « Pseudonym est un film militant, qui parle d’une cause dont les parents ont la responsabilité de s’emparer ». N’y voyez-vous pas une contradiction entre la note d’intention initiale, et le vecteur de représentation choisi ?

Pas vraiment. Alors, film militant, pas vraiment. Enfin on pourrait dire que, oui, quelque part c’en est un, parce que je milite pour cette prévention là, de faire attention. Mais le film finalement a juste pour vocation d’embarquer un spectateur vers une histoire fictionnelle qui déborde un peu sur le réel.

Et donc ce film, pour moi, n’a pas à toucher les plus jeunes. Je pense que c’est aux parents de faire le boulot, d’essayer de les éduquer, de les sensibiliser. Mais ce ne sont pas simplement les parents, c’est l’Éducation Nationale… Mais ils le font le boulot. Je pense cependant qu’on peut le faire davantage.

Pseudonym n’est pas un film moralisateur, ce n’est pas un film à message. C’est un film à débats. Et c’est pour cette raison que j’ai conclu le film avec un recommencement qui est du domaine du constat : c’est plus pour ouvrir au débat.

Le thriller horrifique, le film d’horreur s’adressent généralement à un public plus adolescent, pour lequel ils font souvent office de catharsis. On peut donc légitimement considérer que les adolescents sont un des publics cibles de ce type de film. Ne pensez-vous pas qu’il pourrait y avoir un décalage encore une fois entre votre objectif, et le public que le film risque de toucher ?

Je n’en ai pas vraiment l’impression. À la fois je ne suis pas mécontent que le film soit interdit aux moins de seize ans, car je suis père d’une adolescente de treize ans et d’une pré-ado, et c’est vrai qu’une interdiction aux moins de douze ans aurait peut-être été trop légère. Je n’ai pas forcément envie que mes enfants voient ce film.

Il y aurait un moins de quatorze ans, ça irait, puisqu’entre douze et seize ans, il y a quand même tout un monde. Il se trouve que c’est moins de seize ans.

Honnêtement je ne pensais pas que ça allait être le cas, car je ne le trouve pas si violent que ça. Donc j’ai été surpris. Vraiment surpris.

Ce n’est donc pas quelque chose que vous avez sciemment recherché ?

Non, pas du tout. J’ai exprimé ce que j’avais à exprimer. Après le résultat a fait que… Mais cette classification ne dépend pas de moi. J’accepte ce qui vient, et ce qui ne vient pas. Qu’on aime, ou qu’on n’aime pas. J’accepte tout. Je suis ouvert.

Le principal, c’était d’exprimer ce que j’avais à exprimer. Je suis heureux de l’avoir fait, j’ai donné deux-mille pour cent, avec le temps que j’avais, le budget que j’avais.

Concernant les classifications moins de seize et moins de dix-huit ans, en général les maisons de production refont passer le film sur la table de montage afin de faire baisser celle-ci à un niveau moins de douze ans, moins pénalisant en terme de diffusion. Est-ce quelque chose que vous avez envisagé ?

Je ne l’ai pas envisagé une seconde. Même si ça peut priver le film de certains spectateurs. Parce que le film était comme il était, et c’est un résultat que j’assume totalement, car finalement c’est une classification dont je ne suis pas mécontent, dans la mesure où c’est un film que je ne montrerais vraiment pas à un gamin de douze ans.

Pourtant, il n’y a rien de vraiment très graphique dans le film. Pas d’explosions de tête, de quantités folles d’hémoglobines…

Alors j’étais étonné. Quand je vois certains films où vraiment, on voit des têtes explosées, des sabres qui tranchent des têtes… Enfin je ne citerai pas de films, mais quand on voit que ceux-ci sont interdits aux moins de douze ans, et que le mien est interdit aux moins de seize ans, bon…

Est-ce qu’en conséquence, on ne pourrait pas y voir un certain glissement du système de classification, qui aurait tendance à avoir la main plus lourde qu’elle a pu avoir par le passé ?

Ce n’est pas vraiment un terrain sur lequel je souhaite m’avancer, et revendiquer telle ou telle chose. C’est une décision que j’accepte, et que j’assume.

Vous occupez beaucoup de casquettes sur Pseudonym : rôle principal, scénariste, chef-monteur, réalisateur. Doit-on y voir un effet des contraintes budgétaires auxquelles vous avez dû faire face ? Ou alors une volonté de contrôler au plus près la réalisation du film à tous niveaux ?

Oh on peut sans doute y voir un petit côté contrôlant, mais il faut surtout y voir, je crois, la passion que je peux éprouver à évoluer dans ce milieu. C’est quelque chose qui me passionne depuis que je suis gamin.

J’avais déjà eu cette expérience de jouer, réaliser. Monter, en revanche, c’était la première fois que je le faisais. Je me suis d’ailleurs aussi occupé du montage de la bande-annonce. Maintenant, je suis le montage, je suis le montage son, je suis tout, tout le temps. Je connais le moindre son, le moindre « sound design », la musique…

Mais c’est quelque chose que j’adore faire. J’adore réaliser, j’adore jouer. On aime ou on n’aime pas, mais moi ça me permet de plonger à l’intérieur de l’histoire, de la vivre vraiment de l’intérieur, et ne jamais en sortir. Cette sensation, c’est d’abord un voyage extraordinaire, et une sensation incomparable. Donc c’est vraiment ce que j’aime faire.

Alors je ne dis pas qu’au stade de la prépa, je ne me suis jamais demandé si ce n’était pas trop. Douze jours de tournage, des scènes parfois un peu difficiles, un peu physiques… Et puis en fait, pour les mêmes raisons, je me suis dit très vite « D’abord c’est que tu aimes faire le plus. Ensuite, pour trouver un acteur qui va être un peu payé au lance-pierre, ça va être compliqué ». Et finalement, j’ai vraiment eu envie de relever ce challenge.

Ce qui au final m’a quand même valu pas mal de bleus et une côte fêlée, donc j’étais bien content de ne pas avoir fait subir ça à un autre acteur : j’aurais un peu culpabilisé…

Au niveau du casting maintenant, on peut voir la présence de deux têtes d’affiches assez connues, en particulier une nouvelle fois des fans de Pigalle, la nuit, Simon Abkarian et Igor Skreblin. Dans cette optique, pourquoi avoir choisi une quasi-inconnue, Perrine Tourneux, pour le rôle de Nina ?

Concernant ce rôle, j’avais vraiment besoin de quelqu’un de complètement neuf. Quelqu’un qu’on n’avait jamais vu au cinéma, pour ne pas y projeter des performances pré-existantes. Et j’avais besoin d’une comédienne un peu caméléon, avec une sensualité vraiment animale.

pseudonym_perrine_tourneux

J’avais rencontré Perrine lors de séances de coaching que j’animais il y a un moment déjà, et une fois le projet posé sur papier, j’ai tout de suite pensé à elle. Je l’ai appelée, elle a passé des essais, et c’est devenu une évidence. Évidemment j’ai forcément eu des doutes au début, mais elle avait une telle manière de passer d’un personnage à l’autre, de manière fulgurante, avec une sensualité vraiment incroyable, qu’au final, je n’ai castée qu’elle. C’était la première, et j’ai dit « c’est elle, personne d’autre ».

Le fait d’être vous aussi acteur a-t-il facilité votre approche dans la gestion de vos acteurs ? Cela vous a-t-il aidé à gérer d’éventuelles tensions sur le plateau ?

C’est incomparable. Parce qu’on ressent – et on comprend – ce qu’un acteur peut ressentir. Et tous les acteurs sont différents. On n’a pas la même approche avec Simon, Igor, Perrine, ou les autres. Ce n’est pas du tout la même approche, ni la même psychologie.

Maintenant, l’ambiance générale sur le plateau n’a pas été très compliquée. Avec Igor et Simon, on a déjà tourné ensemble sur Pigalle, la nuit, et de suite s’est installé un esprit de famille, un esprit de troupe. Donc dès que j’ai fait appel à eux, leur réponse a été « ok Thierry, on est là pour toi ». Avec Perrine, ça s’est extrêmement bien passé aussi…

pseudonym_simon_abkarian

Donc tout ça c’était facile finalement. C’était familial, et tout le monde allait dans le même sens. Tout le monde avait envie que ce film se fasse. Surtout, en douze jours, tout le monde savait qu’on ne pouvait pas gérer les états d’âme. Dans ces cas-là personne n’en a : il faut y aller, il faut aller au charbon.

Mais les acteurs et les actrices ont vraiment été extraordinaires, et d’une générosité hors du commun. Pour moi ils m’ont fait un vrai cadeau, un énorme cadeau.

pseudonym_igor_skreblin

Parce qu’il ne faut pas se leurrer, durant les quatre années pendant lesquelles on a monté le film, en post-production, j’ai eu de nombreux moments de doute, des moments où je n’en pouvais plus. Et à chaque fois je repensais aux personnes sur le plateau qui se sont investies jusqu’à pas d’heure, et ça m’empêchait de lâcher.

Vous nous avez parlé d’environ quatre ans avant d’avoir pu voir Pseudonym être diffusé sur les écrans. Au niveau de la chronologie des événements concernant Pseudonym, quand a eu lieu le tournage ?

C’est malheureusement une information confidentielle.

Comment en êtes-vous venu à vous tourner vers Nicolas Baby (notamment compositeur les films de Nicolas Boukhrief) pour la musique de Pseudonym ?

La rencontre avec Nicolas a été un vrai concours de circonstances.

C’était à un moment où j’avais terminé la dernière version de Pseudonym, et j’avais évidemment avec une maquette, mais je ne savais pas vraiment ce que j’allais faire au niveau de la musique, car bien sûr, on n’avait pas beaucoup d’argent, donc je ne savais pas trop.

Et puis j’ai été invité à un concert de Nicolas avec ses différents groupes, et on me l’a présenté. En fait je connaissais sa femme, ce qui a évidemment facilité les choses.

Et quand j’ai entendu ce qu’il faisait, j’ai eu l’impression qu’il faisait la musique que je voulais dans mon film. Le style, la signature… Donc je suis allé le voir et lui ai demandé si composer la musique pour Pseudonym serait quelque chose qui pourrait l’intéresser. Je lui ai montré le montage, il a vu mes influences et ce vers quoi je voulais aller, et il a dit « Ok, je le fais ». Ça s’est fait comme ça. Et ce mec est un bonheur. Un véritable bonheur.

Au niveau de vos futurs projets, vous voyez-vous repasser à nouveau derrière la caméra ? Ou plutôt vous réorienter vers le jeu ?

Les deux. J’ai envie de m’orienter et vers la réalisation, et vers le jeu. C’est ma vie. Mais c’est vrai que la réalisation, c’est vraiment quelque chose que j’aime faire. C’est un bonheur unique. Même dans ces conditions-là.

Alors, je ne réaliserai plus dans ces conditions-là, parce qu’il ne faut le faire qu’une seule fois. Ne faire que des films comme ça, on meurt… Mais ça m’a permis d’apprendre beaucoup de choses, de me confronter à plein de choses. Je sais que, maintenant, je suis capable de gérer des équipes, de maîtriser les moyens, le temps de tournage. J’ai eu cette expérience de montage. Avec mon producteur aussi, ça a renforcé nos liens.

Ça m’a permis de me constituer une équipe très soudée, très fidèle. Qui a été d’une implication totale. Vraiment des personnes extraordinaires.

Donc pourquoi ne pas retravailler avec eux ? Avec Nicolas Baby, aussi, bien sûr. Évidemment si j’ai la chance de faire un nouveau film.

Retravailleriez-vous sur le même genre de films ou des univers complètement différents ?

J’ai deux films possibles, deux films qui n’ont rien à voir avec Pseudonym. De toutes façons, sur mes courts-métrages, il y avait un poème filmé sur la perte de l’innocence, le dernier c’était le thème des préjugés, et le premier c’était un film en noir et blanc sur les comportements suicidaires. Donc tout ça ça n’a rien à voir. Et Pseudonym c’est encore autre chose.

Donc c’est vraiment l’histoire que j’ai envie de raconter, qui me touche. En espérant pouvoir m’exprimer sur encore deux, trois films. Ce serait génial !

Pseudonym est en salles depuis le 9 mars 2016.

pseudonym

Rejoignez Hallu-ciné.net sur Facebook !


1. Le Lee Strasberg Theatre and Film Institute fut fondé par Lee Strasberg – éminent professeur d’art dramatique de l’Actors Studio – en 1969, mais dépend en fait du Tisch School of the Arts de la New-York University, et non de l’Actors Studio.
2. En 1996.
3. Une jeune femme de dix-huit ans a servi d’appât auprès d’hommes sur des forums de discussions, en leur proposant des relations tarifées, pour le compte de complices qui agressaient et extorquaient les victimes abusées.

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s